La psychanalyse c’est toujours la fête des mères

with Pas de commentaire

Fête des mères et psychanalyse

Premier objet d’amour pour l’enfant, la mère le demeure parfois devenu adulte

D’autres fois elle devient un objet de haine.

La relation avec la mère relève donc du meilleur comme du pire. Après l’amour inconditionnel vient souvent le temps des reproches à l’adolescence. Ce temps des ressentiments se prolonge parfois une vie entière. Quand l’enfant convoque alors sa mère sur le divan, au final, c’est toujours salutaire pour lui et c’est la fête des mères . Bien souvent si l’enfant est une fille, outre l’apaisement procuré cela permet d’aborder sereinement la maternité . Si l’enfant est un garçon la relation sereine à la mère permet d’aborder autrement parfois le rapport à la femme et la sexualité.

Les mères vivent parfois comme un échec l’entrée en analyse de leur enfant.

Elles se culpabilisent souvent croyant n’avoir pas assez donné, pas assez aimé ou mal aimé. Bien souvent elles donnent tout, tellement tout que c’en est trop. Si l’adulte entre en analyse c’est que sa mère lui a procuré la liberté de décider d’être libre et de savoir y faire avec son symptôme. C’est le plus beau cadeau que la mère ait pu faire.
Oser l’analyse c’est se donner la chance de revisiter la relation à sa propre mère. C’est se donner le moyen de penser librement et l’on se construit toujours en partie contre et ne partie avec l’image de la mère.
Et le père dans tout ça ? Pris dans le pacte du désir avec sa mère, l’enfant est sous son emprise et la mère ne sera délogée de cette position qu’avec le concours d’une figure d’autorité extérieure, Si la mère est toujours connue le père doit être désigné.

 Cet article vous a plu, alors publiez-le sur votre page Facebook.
Son contenu peut venir en aide à quelqu’un qui vous est cher, alors partagez-le sur son mur. 
Summary
La psychanalyse c'est toujours la fête des mères
Article Name
La psychanalyse c'est toujours la fête des mères
Description
Premier objet d’amour pour l’enfant, la mère le demeure parfois devenu adulte. D’autres fois elle devient un objet de haine.
Author

Répondre