PEUT-ON PERDRE DU POIDS ETRE VEGETARIEN ET RESPECTER LA CONDITION ANIMALE ?

with Pas de commentaire

 

Etre végétarien et respecter la condition animale est avant tout une philosophie de vie et de nutrition qui appartient à chacun. Même si la vocation première du végétarianisme n’est pas la perte de poids est-il possible de concilier efficacement les deux ?

 

Pour perdre du poids et rester durablement mince il est avant tout essentiel de suivre un programme nutritionnel adapté à votre mode de vie et à vos préférences alimentaires. Je propose aux patients en surpoids un programme alimentaire personnalisé dans le cadre d’un accompagnement à l’occasion de la pose d’un anneau gastrique virtuel sous hypnose. Pour en savoir davantage sur cette question vous pouvez consulter la page dédiée à ce programme.

Cependant, de plus en plus de patients souhaitent adopter une alimentation dépourvue en tout ou partie de produits carnés ou issus de la filière animale. D’autres patients, tout en conservant une alimentation principalement carnée souhaitent augmenter la variété de leur alimentation en introduisant des sources de protéines végétales.

Certains patients à l’occasion de la réflexion qu’ils ont menées à l’occasion de leur accompagnement nutritionnel lors de leur perte de poids ont réfléchi sur la condition animale et sont en passe   d’adopter progressivement une alimentation dépourvue de protéines animales  tout en préservant leur perte de poids et en conservant leur santé retrouvée.

 

J’ai donc élaboré un tableau de correspondance entre les protéines animales et les protéines végétales afin que chaque patient puisse à sa manière à son rythme puisse adapter encore davantage son alimentation et choisir d’etre vegetarien et respecter la condition animale et son équilibre nutritionnel pour préserver les bénéfices des pertes de poids déjà enregistrées.

 

Découvrez les équivalences en cliquant sur le lien ci dessous :

TABLEAU D’EQUIVALENCE DE TENEUR EN PROTEINES DES ALIMENTS

 

Exclure de son alimentation les sources animales doit nécessairement s’accompagner d’une réflexion autour des aliments de substitution. Le végétarisme est une démarche qui ne se résume pas à une soustraction. On observe que les patients qui choisissent d’être végétariens et de respecter la condition animale se documentent davantage et deviennent des consommateurs éclairés à tous niveaux. Cette prise de conscience est propice à l’intégration de nouvelles habitudes alimentaires conscientes et réfléchies.

La suppression des graisses d’origine animale au profit de matières grasses de meilleurs qualités associées à des protéines végétales en quantités appropriées sont donc des facteurs aidants pour parvenir à un rééquilibrage pondéral efficace et durable.

La question des risques de carences est souvent posée lorsque les patients choisissent de devenir végétarien en respectant la condition animale et en s’abstenant de consommer des sources de protéines animales.

La question qui se pose est principales celle relative à l’apport de vitamine B12 également appelée cobalamine. C’est une vitamine hydrosoluble essentielle à la synthèse de l’ADN, à la production de cellules sanguines saines et au fonctionnement normal du système nerveux. Elle joue un rôle dans la synthèse des acides gras et de certains acides aminés et la synthèse des purines, utiles à la réplication cellulaire. Un déficit d sera donc préjudiciable pour l’organisme. Or la vitamine B12 n’est pas synthétisée par l’homme, et son apport provient de l’alimentation. On la trouve dans les produits d’origine animale tels que la viande, le foie, la volaille, le poisson, les crustacés (huîtres, moules,…), les produits laitiers (à l’exception du beurre) et les œufs.

Si vous choisissez de devenir végétarien ou végétalien  de manière temporaire ou partielle,  aucune supplémentation ne sera nécessaire car les quantités de vitamine B12 vous seront apportées par les sources animales de votre alimentation. Selon l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, les apports recommandés en vitamine B12 sont d’environ 0,5 à 1 microgrammes par jour chez le nourrisson, 2,4 microgrammes par jour chez une personne adulte, 2,6 microgrammes par jour chez la femme enceinte, 2,8 microgrammes par jour chez la femme allaitante et 3 microgrammes par jour chez une personne âgée de plus de 75 ans]. L’apport en vitamine B12 quotidien d’un régime de type européen chez une personne adulte est en moyenne de 5 à 30 microgrammes, soit nettement supérieur aux besoins journaliers. Les carences d’apport en vitamine B12 chez une personne ayant une alimentation omnivore équilibrée sont donc exceptionnelles.

Si vous décidez de supprimer définitivement et en permanence l’alimentation carnée vous risquez à terme une carence en vitamine B12. Si vous souhaitez adopter un régime exclusivement végétalien je vous encourage à en parler à votre médecin qui saura vous conseiller et vous prescrira le cas échéant une supplémentation adéquate. Ne vous livrez pas à une automédication.

Quoi qu’il en soit et quelque soit votre philosophie concernant la condition animale, grâce à la psychonutrition et à son adaptabilité au régime végétarien et végétalien, il vous est donc possible de perdre du poids en demeurant en bonne santé tout en adoptant un régime alimentaire qui soit conforme à votre philosophie de vie.

 

 Cet article vous a plu, alors publiez-le sur votre page Facebook.
Son contenu peut venir en aide à quelqu’un qui vous est cher, alors partagez-le sur son mur. 
Suivre Christophe Perrot:

Psychanalyses - Psychothérapies

Psychanalyste, Psychothérapie Individuelle, Adulte, Adolescent, Enfants, Thérapie Brève, Accompagnements et Soutien à Paris, 75.
Découvrez ici régulièrement des informations et des publications sur la psychanalyse d’orientation lacanienne, les psychothérapies et les nouveaux outils qui peuvent être mis à votre disposition pour vous accompagner tout au long de votre vie ou lors du franchissement d’étapes difficiles ou stratégiques pour vous.

Répondre