Pourquoi les fêtes de fin d’année sont parfois un douloureux rendez-vous avec notre enfance ?

with Pas de commentaire

Le douloureux rendez-vous avec l'enfance lors des fêtes de fin d'année


Fêtes de famille, le rendez-vous avec l’enfance…

 

Les fêtes familiales réactivent chez certains un passé parfois douloureux. Le cerveau ne fait pas la différence entre une émotion actuelle et la reviviscence d’une émotion passée. L’impact émotionnel des fêtes convoque donc aujourd’hui, les traumatismes d’hier, toujours intacts.

Paradis et enfer, la famille est le berceau de moments joyeux et  douloureux. La confrontation avec des êtres connus, les convenances, les secrets familiaux, le maintien d’un équilibre, renforcent ces traumatismes dont on croit ne jamais pouvoir se libérer. Lors des fêtes, certaines personnes revivent alors ce qu’elles estiment être les préférences des parents envers les autres membre de la fratrie. Il n’en faut pas davantage pour que surgisse un sentiment d’abandon, de trahison. Ce sont ces moments de réactivation de l’inconscient, que Freud nommait  «l’autre scène». Lacan nommera l’inconscient comme «discours de l’Autre». C’est précisément de cela dont il est question lors des fêtes de fin d’année notamment car dans ces occasions nous sommes parlés par l’Autre.

Ne pas être présent à ces fêtes, serait-ce fuir sans rien résoudre ?  Se rebeller lors des fêtes de famille, serait-ce trahir et risquer l’exclusion du groupe ? Alors que faire ?
La voie est de parler authentiquement, calmement, sans reproche, aux parents ou aux frères et sœurs pour partager un  ressenti intérieur. Tant que l’on parle de soi on ne parle pas de l’autre et nul ne peut contester un ressenti qui n’engage que son auteur.

 

Cette parole vraie est sans doute le meilleur cadeau à se faire à soi-même au pied du sapin familial car ce qui s’exprime cesse enfin de s’imprimer, et arrête de se rejouer douloureusement. Si cependant les choses ne s’améliorent pas, il est alors toujours possible, sans culpabiliser, de préférer s’abstenir d’être présent ces jours là mais une fois seulement que les choses auront été dites.

Les périodes des fêtes sont souvent des moments ou la demande de thérapie ou d’accompagnements est plus importante. Comment la thérapie peut-elle vous aider ?

Parfois ce sont des préalables indispensables pour trouver la force de parler à la famille. Ces thérapies sont alors l’occasion de mettre en mots avec le psychanalyste ou le thérapeute, tous les traumatismes, nommer les émotions et pouvoir ensuite les restituer sans crainte, sans colère, sans culpabilité. C’est à ce prix qu’un sujet se libère, et épargne à sa propre descendance des difficultés analogues. Si les adultes ont en eux une part d’enfant souffrant, les enfants d’aujourd’hui seront les adultes de demain, autant les préserver des scories des autres.

 Cet article vous a plu, alors publiez-le sur votre page Facebook.
Son contenu peut venir en aide à quelqu’un qui vous est cher, alors partagez-le sur son mur. 

 

Summary
Pourquoi les fêtes de fin d'année sont parfois un douloureux rendez-vous avec l'enfance ?
Article Name
Pourquoi les fêtes de fin d'année sont parfois un douloureux rendez-vous avec l'enfance ?
Description
Les fêtes familiales de fin d'année peuvent réactiver le passé d'une enfance parfois douloureuse.
Author
Suivre Christophe Perrot:

Psychanalyses - Psychothérapies

Psychanalyste, Psychothérapie Individuelle, Adulte, Adolescent, Enfants, Thérapie Brève, Accompagnements et Soutien à Paris, 75. Découvrez ici régulièrement des informations et des publications sur la psychanalyse d'orientation lacanienne, les psychothérapies et les nouveaux outils qui peuvent être mis à votre disposition pour vous accompagner tout au long de votre vie ou lors du franchissement d'étapes difficiles ou stratégiques pour vous.

Répondre