Pourquoi ne suis-je pas mort lors des attentats ? En quoi ai-je plus mérité de survivre lors des attentats ? »

with Pas de commentaire
syndrome du survivant
Attentat terroriste concert Bataclan

Le Syndrome du survivant ou Syndrome de Lazare [1] peuvent toucher les survivants des attentats

 

« Pourquoi ne suis-je pas mort au Bataclan ? » « En quoi ai-je plus mérité de survivre ? ». Autant de questions que se posent certains survivants, blessés ou rnon lors d’attentats. Tous sont alors susceptibles d’être concernés par le Syndrome du survivant qui surgit suite à un événement collectif, imprévisible,  lors duquel des personnes sont décédées tandis que d’autre ont survécu. Les  personnes qui, parties quelques minutes avant du lieu des attentats ou celles qui auraient pu s’y trouver sont aussi concernées par ce syndrome qui se caractérise par une identification  projective  aux personnes décédées.

Ces personnes peuvent alors ressentir d’une part un soulagement d’être encore en vie et en même temps un sentiment de culpabilité d'avoir survécu au point que cette survie soit perçue par le 
sujet  comme illégitime au point de sentir mal. Dans le même temps aussi il y a une forme d’impuissance face à la mort de l’autre qui peut envahir le sujet.

 

Les personnes souffrant de ce syndrome, à l’instar de Lazare  « revenu d’entre les morts «  se sentent projetées dans un monde modifié par le drame. Il y a alors un avant et un après le drame. Les mots manquent comme à Lazare pour rendre compte de leur expérience traumatisante, et comme Lazare  le monde leur apparaît  menaçant.

Ce syndrome s’exprime par une  culpabilité, des cauchemars, des angoisses, des peurs inexpliquées qui surviennent soudain. Des ruminations, des pensées intrusives qui font se dire à la personne qu’elle aurait du mourir à la place des défunts. Ces manifestations sont caractéristiques du syndrome d’hyper vigilance. Certaines personnes peuvent aller jusqu’à remettre en cause la légitimité de leur existence et cessent de  se projeter dans l’avenir.  On observe d’ailleurs depuis les attentats à la fois une baisse de fréquentation des magasins en raison de la peur ambiante mais aussi une augmentation de la consommation via les achats par internet, comme si, l’avenir étant incertain il était urgent de profiter de la vie. 

La réaction de chacun est bien entendu variable et fonction des ressources des personnes mais lorsque l’on ressent des manifestations de ce type et que l’on se sent submergé et envahis par ses sentiments et émotions puissantes, alors  il est sage de consulter un thérapeute formé à cette prise en charge afin que les peurs, les angoisses soient mises en mots, que du sens soit donné grâce à une élaboration.

On observe souvent que ces poussées de culpabilisation sont souvent l’occasion de réactiver des culpabilités bien antérieures non liquidées. Le travail thérapeutique entrepris permet alors de solutionner du même coup les affects anciens non traités à l’époque. On constate aussi que le sentiment de culpabilité peut masquer s’autres émotions telles que la colère ou un profond sentiment d’impuissance

 

La résilience passe alors par un travail de complément de la faille du patient pour qu’il reprenne gout à l’existence et puisse de nouveau se projeter. L’écoute du psychanalyste ou du thérapeute est alors essentielle. Les rencontres dans un climat de protection et d’accueil bienveillant permettent progressivement la mise en mot des émotions car souvenons nous que ce qui ne s’exprime pas s’imprime.

 

 Cet article vous a plu, alors publiez-le sur votre page Facebook.
Son contenu peut venir en aide à quelqu’un qui vous est cher, alors partagez-le sur son mur. 

 

[1] Lazare de Béthanie est un personnages du Nouveau Testament, dans l’entourage de Jésus, apparaissant dans l’Evangile selon Saint Jean (Chapitre 11) selon lequel Lazare, mort depuis quatre jours et enterré, aurait été ramené à la vie par Jésus. Le texte met en évidence la particularité que parce que ressuscité Lazare demeurait silencieux et ne pouvait raconter ce qui lui était arrivé.

 

 

Suivre Christophe Perrot:

Psychanalyses - Psychothérapies

Psychanalyste, Psychothérapie Individuelle, Adulte, Adolescent, Enfants, Thérapie Brève, Accompagnements et Soutien à Paris, 75. Découvrez ici régulièrement des informations et des publications sur la psychanalyse d'orient